Granovit investit dans l‘usine de production de Lucens

Au cours des derniers mois, de nombreux investissements ont été réalisés dans l‘usine ici à Lucens afin de renforcer le leadership en matière de qualité dans la production d‘aliments composés. Dans cette interview, le directeur de l‘usine, Sébastien Capmas, explique quels investissements ont été réalisés.

Sébastien, tu étais le chef de ce projet. Combien de nuits blanches as-tu passé à cause de ça ?

Sébastien : Je te rassure, je n’ai pas passé des nuits blanches à cause de ça même si on était tous très mobilisés par ce nouveau projet et cet investissement, donc pas des nuits blanches, quelques heures de travail. Je n’étais heureusement pas le seul dans ce projet, Antonio Moreira qui est le responsable maintenance et production était très impliqué dans ce projet et a lui aussi passé de longues journées pour mettre en place ces nouvelles installations.

Quel investissement a été réalisé sur le site de Lucens ?

Sébastien : La conversion qui a eu lieu porte sur la mouture des céréales. La nouvelle ligne de mouture installée est dotée d’émietteurs. 2 broyages successifs ont lieu = le premier pour concasser la céréale, le deuxième pour affiner la structure. On obtient ainsi une structure nettement plus régulière qu’avec des broyeurs à marteaux.

Quels effets ces ajustements ont-ils sur l’alimentation des animaux ?

Sébastien : Le projet portait vraiment sur l’amélioration de la granulométrie de nos aliments,
principalement sur les farines. Les contrôles faits en cours de production en tamisant nos aliments permettent de mesurer précisément les fractions retrouvées par tamis. Cela permet d’évaluer si la structure de l’aliment est globalement plutôt hétérogène ou homogène. L’objectif est d’avoir une structure la plus homogène possible pour optimiser les performances et la consommation chez nos clients. En plus de meilleurs résultats, une structure homogène améliore la fluidité de l’aliment dans les silos et donc évite que l’aliment « colle » tout en réduisant le risque de démélange et l’apparition de fines.

Maintenant que la longue phase de construction est terminée, qu‘est-ce que tu attends le plus de ces prochains jours ?

Sébastien : Qu’est-ce que je vais faire des prochains jours ? Je vais me reconcentrer sur les autres tâches que j’avais mises de côté pour me concentrer sur le démarrage de cette nouvelle ligne de production. Je vais reprendre mes activités quotidiennes avec les équipes et préparer les prochains projets parce qu’on a d’autres projets en cours. On en finit un et le prochain est déjà là. C’est donc toute une organisation et je vais donc m’efforcer de planifier au mieux ces projets ces prochains jours.

Dans la vidéo ci-dessous, vous trouverez l'interview complète de Sébastien Capmas.

Heidi Schäublin, service technique volaille