Notre nouveau directeur sur le terrain

En poste depuis mai 2018, Andreas Fischer, se rend un à deux jours par semaine à la rencontre de nos clients en compagnie des conseillers Granovit. «En parallèle à notre volonté de raffermir notre identité suisse et notre indépendance, nous rapprocher des clients fait partie de nos objectifs prioritaires, tout comme le fait de redevenir les leaders de la qualité et de l’innovation», explique le nouveau directeur de Granovit.

Une journée sur les exploitations

Le 16 juillet dernier, Andreas Fischer a accompagné quelques-uns de nos représentants de Suisse romande lors de leurs tours sur les exploitations dans le but d’écouter les expériences et les besoins spécifiques de nos clients afin de savoir concrètement comment améliorer les services de Granovit. Et avant tout pour les remercier de leur fidélité.

Le directeur de Granovit s’est d’abord rendu sur l’exploitation de Christian Märki, producteur et éleveur de porcs à Châbles, entre Yverdon et Payerne, en compagnie de notre conseiller technique Bruno Louvel. L’exploitation Märki travaille avec Granovit depuis la construction de la porcherie en 1973. Depuis plus de 25 ans, à l'exception de l'aliment porcelet complet acheté à Granovit, Christian Märki fabrique ses aliments fermiers à partir de ses propres cultures (blé, orge et pois) produites sur l'exploitation. Granovit le conseille et lui fournit les complémentaires protéique adaptés. Ainsi, il réalise deux aliments truie (lactation et gestation), deux aliments engraissement (avancement et finition) et un aliment futur reproducteur, puisqu'il commercialise des remontes en tant qu'exploitation A-R.

Christian Märki (à g.) raconte à Andreas Fischer (centre)
et son technicien Bruno Louvel (à d.) l’évolution de son
exploitation depuis 1973. Egalement détenteur d’une
activité de scierie mobile, M. Märki réalise lui-même les
boxes de détention de ses animaux.

 

Depuis plus de 40 ans, les porcs sont détenus sur litière
profonde paillée avec front ouvert. «C'est la première
exploitation de ce type en Suisse. À l'époque, on nous
prenait pour des fous!», se souvient Christian Märki. Les
porcs y sont très bien et expriment pleinement leur
potentiel génétique. Le fumier généré par ce type de
détention est valorisé sur les cultures.

L’occasion pour Andreas Fischer de glisser qu’autrefois son propre père réalisait également son aliment avec un moulin mobile lorsqu’il a décidé de changer de production pour passer de la vache laitière au porc. La discussion s’est poursuivie sur l’évolution du bâtiment, pionnière en Suisse dans l’engraissement sur paille, qui a du considérablement changer au fil des modifications des lois liées à la détention porcine. Possédant des forêts, une scierie mobile et un esprit constructeur, Christian Märki a pu réaliser ses bâtiments et les transformer au fil du temps en limitant les frais. «Pour ce qui est de la production, on procède avec un affouragement en deux phases et on sélectionne soigneusement la génétique des porcs, ce qui nous permet de mieux cibler nos résultats», explique l’exploitant, expert en la matière.

Le facteur humain et les bienfaits de la concurrence

Après avoir remercié chaleureusement Christian Märki pour son accueil, Andreas Fischer s’est rendu à Molondin (VD) avec Blaise Seydoux et Yvan Hodel, respectivement conseillers techniques volaille et ruminants, pour y rencontrer l’agriculteur Bertrand Gerber. Ce dernier élève 7'500 poulettes et engraisse 110 à 120 taureaux. Il représente la quatrième génération active sur l’exploitation familiale et explique en souriant qu’il travaille avec Granovit depuis sa naissance pour les poules. Il y a quinze ans de cela, il a pris la décision de rationnaliser l’alimentation et de nourrir également ses taureaux avec des aliments Granovit. L’exploitation Gerber utilise notamment du Focus Feed pour la finition, un aliment personnalisé qui s’adapte au fourrage de l’exploitation et aux besoins des animaux. L’exploitation cultive 12 à 13 ha de maïs, lequel est pour moitié ensilé en épi et pour moitié en plantes entières.

Pour Bertrand Gerber (à d.), c’est une satisfaction de
pouvoir accueillir le directeur de Granovit sur son
exploitation (à g.). En parlant de ses conseillers Blaise
Seydoux (centre gauche) et Yvan Hodel (centre droite):
«J’apprécie énormément de discuter et trouver des
solutions avec ces jeunes»

Les magnifiques taureaux de l’exploitation Gerber affichent
une pleine santé et leur résultat d’engraissement figure au-
dessus de la moyenne. Les taureaux de finition mangent
un aliment à la carte adapté au fourrage de l’exploitation et
aux besoins des animaux.
 

Pour Bertrand Gerber, le facteur humain joue énormément et le fait que le directeur de Granovit vienne à sa rencontre représente beaucoup. Ce dernier prête une oreille attentive aux améliorations proposées par notre client et promet de mettre en œuvre les dispositions nécessaires pour aller à la rencontre de ses besoins. «Pour nous, c’est une bonne nouvelle que Granovit soit redevenue plus régionale et plus proche de ses clients. On a besoin de sa présence sur le marché pour le dépoussiérer un peu», affirme Bertrand Gerber. Andreas Fischer abonde dans ce sens: «La bonne concurrence est essentielle, car elle nous pousse constamment à nous améliorer et à trouver des solutions innovantes».

Au moment de se quitter, Bertrand Gerber promet de retrouver son équipe de conseillers au Barbecue de Swiss Beef Romandie qui aura lieu sur le site de Granovit à Lucens le 13 septembre prochain.

Rendez-vous avec 30'000 poulettes

Pour la dernière partie de la journée, Andreas Fischer s’est rendu avec Blaise Seydoux à Grandvillard (FR) chez Jean-Marc Musy qui a la particularité de posséder le plus grand élevage de poussines de Suisse romande avec 30'000 volailles réparties en deux lots dans un même bâtiment. A côté de l’élevage de poussines, Jean-Marc Musy possède également une trentaine de vaches laitières dont la production est livrée à la laiterie de Grandvillard qui fabrique principalement du Gruyère AOP.

Jean-Marc Musy (à g.) apprécie le spectacle de ses
superbes 30'000 poussines, ici à 14 semaines de vie,
en compagnie d’Andreas Fischer (à d.) et Blaise
Seydoux (centre).

La poussinière de l’exploitation Musy a été érigée en 2014.
Il s’agit de l’une des plus grandes structures de Suisse.

 

Jean-Marc Musy donne de l’aliment à ses poules «aussi pour qu’elles soient belles». Tous les animaux de
l’exploitation sont particulièrement soignés et les installations propres. Un exemple digne de figurer dans les
manuels agricoles selon ses conseillers techniques Granovit!

Jean-Marc Musy est un perfectionniste, très soucieux de la propreté de ses installations, de l’apparence et des performances de ses animaux. «J’ai très peu de problème avec les aliments et j’apprécie de pouvoir appeler mon conseiller qui est toujours disponible si j’ai besoin d’un renseignement ou si j’ai une question sur le comportement d’un animal », explique-t-il. S’ensuit une conversation sur les changements récents de Granovit. «Depuis la fin de l’année passée, notre entreprise s’est beaucoup simplifiée pour pouvoir se rapprocher de ses clients. Cela nous permet d’être plus réactifs et de nous développer dans une mentalité purement suisse.» Un argument qui rend sensible Jean-Marc Musy, comme la plupart de nos clients, pour la majorité très heureux de l’évolution de Granovit.

Toujours plus proches des clients

Après cette journée riche en rencontres et en nouvelles expériences, Andreas Fischer exprime à nouveau sa conviction dans la nécessité d’aller à la rencontre des clients: «Je souhaiterais à terme que tous les collaborateurs et collaboratrices de Granovit, même ceux des départements administratifs, aient l’occasion de se frotter au terrain au minimum une fois par année pour connaître plus personnellement nos clients et leurs besoins. C’est un excellent moyen de raffermir les liens avec eux. De plus, cela consolide la confiance du client qui peut mettre un visage sur les personnes qui sont derrière la production de leurs aliments ou de leurs factures!»
 

Carine Miéville, Rédactrice